MaligneD.transilien.com est un blog de SNCF
S'informer

Ponctualité : les résultats de septembre

35
Publié le 16/10/2012

Notre rendez-vous mensuel : les résultats de la ligne D.

Pour le mois de septembre 2012 : 10 610 644  voyageurs à l’heure sur 12 653 289 voyageurs transportés sur la D. Soit 83,9 % de ponctualité. Plus de détails dans ce document : Ponctualité Janv-septembre 2012

Ce mois-ci, je vous propose une nouvelle présentation des incidents en vous donnant les causes qui ont eu le plus de conséquences pour nos voyageurs et les « faits marquants » qui ont touché plus de 20 000 personnes.

Vous retrouverez donc ci-dessous, les causes et le nombre de voyageurs retardés sur le mois, ainsi qu’une version graphique (pdf) :

CAUSES Voyageurs
Conflit de Circulations Châtelet

328803

Panne Matériel

317196

Pas de cause majeure (plusieurs petites pertes de temps)

252519

Exploitation (Matériel Indisponible, Conduite des trains, Gestion des ressources)

188924

Entrave à la circulation (personnes dans les voies, conditions météo, obstacle sur les voies…)

123634

Accident de Voyageur

101330

Malveillance

98424

Fiabilité Réseau (voie, signalisation, caténaire, passage à niveau…)

92187

Signal d’alarme Abusif

79889

Affluence Voyageurs

66618

Conflit de circulations (Grande Ligne, Fret…)

48222

Colis Suspect

46009

Exploitation poste d’aiguillage, régulation

35720

Malaise Voyageurs

29892

Conséquences de travaux prévus

20798

Malveillance sur le réseau

16209

 

Voici les faits marquants du mois de septembre (qui ont touché plus de 20 000 voyageurs) :

  • Incidents de signalisation en gare du Nord les 6, 11, 12, 13, 14 septembre : 131 700 voyageurs touchés par des ralentissements.
  • Droit de retrait des conducteurs Ligne B le 17/09 en matinée : 130 000 voyageurs touchés par la mise en place d’une rupture inopinée de l’interconnexion Ligne B.
  •  Travaux sur l’axe Corbeil – Malesherbes : 115 000 voyageurs touchés sur la première quinzaine de septembre.
  • Voyageurs dans les voies à Villiers-le-Bel le 11/09 en matinée : 54 000 voyageurs touchés par les mesures de sécurité mises en œuvre.
  •  Train en panne (essieu bloqué) à Ponthierry le 10/09 en matinée : 41 800 voyageurs touchés par la fermeture de l’axe Melun/Corbeil.
  • Colis suspect en Gare du Nord le 22/09 après-midi : 36 000 voyageurs touchés.
  • Travaux en urgence pour la réparation d’une installation de signalisation (zone électrique) à Corbeil en milieu de journée : 35 800 voyageurs touchés.
  • Défaut d’alimentation électrique entre Creil et Orry-la –Ville le 24/09 en milieu de journée : 22 000 voyageurs touchés.

 

 

 

 

35 commentaires pour “Ponctualité : les résultats de septembre”

  1. BlueEdel91 dit :

    Tout d’abord MERCI Christel pour cet exposé bien plus précis que les autres et qui donc permet de se rendre mieux compte des réalités et de peut être, pouvoir dialoguer dans de meilleures conditions.

    Le « Conflit de circulation à Chatelet » permet de voir l’urgence de la situation… et la question aujourd’hui que nombreux nous nous posons : comment cela va t il se passer quand on passera de 8 à 12 trains ??????? Quelles sont les solutions à apporter d’urgence maintenant ?

    « Panne matériel »… impressionnant et très déstablisant pour les mois, années à venir car on se doute que la solution pour demain n’est pas vraiment possible… quelles seraient donc les solutions possibles rapidement ?

    « Exploitation »… là aussi, gros poste de retard… !

    « Sans cause majeure »… aussi important, ça demanderait de comprendre le pourquoi du comment, trop important pour rester muet.

    Enfin du coup je constate que ce n’est donc pas toujours la faute de l’usager comme certains voudraient le faire croire, et je m’en réjouis !

    Par rapport à l’an passé toutefois, il est clair que les statistiques ne sont pas bonnes du tout… et il est facilement compréhensible que nous, pauvres usagers, soyons en colère…

    Toutefois merci pour cette nouvelle version des statistiques.

    • Bonjour BlueEdel,

      J’espère que cette évolution de la présentation des résultats de la ponctualité de la ligne D conviendra au plus grand nombre.
      Le tunnel de Châtelet est l’une des difficultés pour l’exploitation de notre ligne, et même si le projet d’un second tunnel voit le jour prochainement, il ne pourra pas être creusé d’ici demain. Donc en attendant, il faut trouver des solutions. La ligne B, par exemple, se réorganise avec la création d’une plateforme commune RATP/SNCF. Concernant le passage de 12 trains au lieu de 8, leur fréquence des trains sera mieux répartie dans le quart d’heure (comme évoqué dans ce billet), ce qui devrait permettre un passage plus fluide.

      Concernant le matériel, certaines choses se mettent en place, avec notamment les fonctions renforcées du Directeur de ligne. Mais vous aurez très prochainement l’occasion d’aborder la question directement à Franck Dubourdieu. Le Tchat arrive… 😉

    • BlueEdel91 dit :

      Je pense que la présentation est claire et assez complète effectivement.
      Cela étant, la régularité n’est clairement pas au RDV ! on vit une période on ne peut plus catastrophique ! QUID ?

  2. TGV91 [SaDur] dit :

    Toujours étonné de voir de si « bons chiffres ». Pourtant je constate que les trains en contre-pointe le matin (vers Melun) sont autant en retard que ceux circulant dans l’autre sens (ils n’étaient pas comptabilisés dans l’ancien système …). Idem le week-end, je prends régulièrement le RER D, et il y pas mal de retards (moins qu’en semaine, mais quand même).

    Si j’étais responsable politique, je n’irai pas investir des millions dans une ligne qui n’a que 15 % de trains en retard.

  3. Didier VassePasser au statut dit :

    La présentation est très claire.

    Disposez-vous des statistiques sur le délai moyen et médian de chaque mission ? Je pose la question car sur les missions BIPE et MIPE, le délai constaté (hors incident et pendant les heures d’affluence) est désormais d’1 heure alors qu’il devrait être de 57 minutes. Ainsi, nous passons sous le radar des 5 minutes mais le trajet est malgré tout plus long. Est-ce du ressenti ou est-ce corrboré par les chiffres ?

  4. Corbinien dit :

    On peut discuter des heures sur la manière de calculer la qualité de service de la ligne D du RER. Régularité vs Ponctualité, nombre de trains en retard vs nombre de passagers en retard. Mais c’est un non sens de mesurer les causes des retards (trains ou vogageurs) en nombre de voyageurs impactés.

    Lister les causes des retards, c’est une bonne chose. Mais pour mieux les comprendre, et même agir sur celles-ci pour les diminuer (certaines étant dues à nous aussi les voyageurs), c’est en les dénombrant chacune dans leurs unités de mesure respectives et non pas en les exprimant en nombre de passagers impactés (que veut-on exprimer avec de tels arguments?)

    Ainsi, pour chaque cause (événement), il faudrait que nous connaissions l’occurrence de l’événement et, subséquemment, le nombre de trains impactés voire supprimés. C’est de cette manière que nous, les voyageurs, comprendront mieux ce qui ne va pas sur cette ligne, qui (ou quoi) en sont les responsables et quelles en sont les conséquences directes en termes de durée et de gravité. Il doit s’agir d’un exercice de transparence et non de culpabilisation (c’est pas moi, c’est l’autre). Les progrès pour l’amélioration du service passe par ces échanges de cette nature.

    Ps: où classez vous la ponctualité des voyageurs de la branche Melun-Corbeil-Juvisy? Serait possible d’avoir des chiffres dédiés à cette branche, sachant que les navettes (les petits gris) sont une des causes les plus évidentes de la non performance de cette branche. La radiation prpchaine de ces trains devrait entrainer des gains de performance (si j’ose dire)

  5. Thierryd dit :

    En effet on fait dire ce que l’on veut à pareilles stats, mais dans la vrai vie depuis le début d’Octobre j’arrive sur les MIPE le matin à une ponctualité de…3% en sachant que pour moi un train pas à l’heure est en retard (cqfd).

  6. Adrien dit :

    Finalement on constate surtout que les élements impactant le plus négativement le service viennent de la ligne elle même et non pas des usagers…
    Sinon c’est une bonne exposition des choses,mais un détail par gare d’arrivée serait peut être plus interessant qu’un rapport global.

    En tous cas, merci pour les stats.

  7. Voyageur dit :

    Bonjour
    Des informations différentes avec ce lien.
    http://portail.sadur.org/images/_Sadur/Documents/Meteo/meteo-ligne-d_T3_2012.pdf
    Mais, une question : qu’appelez-vous « ponctualité » à la SNCF ?
    Dans l’attente d’une réponse
    Bonne soirée

  8. BlueEdel91 dit :

    « En 2012, c’est la ponctualité qui est prise en compte via un nouvel outil appelé « Vendôme ». La ponctualité est calculée en fonction du nombre de voyageurs (comptages réalisés par train) concernés par un retard ou une suppression. Cette méthode de calcul sera donc plus proche de votre vécu quotidien, puisqu’elle prend en compte également les trains « partiellement » supprimés (exemple, les trains qui partent de Combs-la-Ville au lieu de Melun). »
    Source : place à vendome 2012 sur ce blog

    *******************************************

    « Contrairement à la régularité des trains (mesurée du lundi au vendredi et en heures de pointe), la mesure de la ponctualité prend en compte l’ensemble des voyageurs, des gares et des jours de la semaine.
    Au travers d’un outil informatique nommé « Vendôme », cette nouvelle méthode de calcul est appliquée afin d’être plus proche de votre ressenti client.
    Pour obtenir le résultat journalier de la ponctualité, Vendôme se base sur des comptages qui ont été réalisés en 2011 sur la ligne D. Ainsi, lorsqu’un train a du retard ou est supprimé, Vendôme calcule le nombre de personnes devant descendre dans cette gare et ainsi qui ont été touchées.
    Ces comptages, nous permettant de connaître la fréquentation de nos trains, sont actualisés en prenant en compte : les passages aux contrôles automatiques (tourniquets/portillons), les ventes, la saisonnalité (vacances, fériés…), les rames “compteuses” (une vingtaine de rames équipées qui comptent les voyageurs montants + descendants grâce à un capteur dans les portes).

    Source: Quand la régularité cède laisse sa place à la ponctualité » sur ce blog également – janvier 2012

    ***************************

    Mais il est vrai que notre ressenti-vécu de la ponctualité est très différente du mot tel quel utilisé par la SNCF.

  9. Corbinien dit :

    Bonjour,

    J’ai beau lire dans tous les sens les explications données (ici ou là) sur le calcul de la « ponctualité », je n’ai toujours pas compris comment elle était _réellement_ calculée.

    D’abord, quels voyageurs ont été comptés et où ? Dans chaque gare ? Ceux qui montent ? Ceux qui descendent ? À quelle heure ? Pour quel train ? Dans quel sens ? En d’autres termes, est-ce que la SNCF dispose pour chaque train (pris individuellement dans la journée) du nombre de voyageurs qui descendent versus ceux qui sont montés en amont ?

    Vous connaissez tous l’énigme des voyageurs de bus qui montent et qui descendent pendant le trajet d’un bus et, à la fin, au lieu de poser la question du nombre de voyageurs restants, on demande l’âge du conducteur. Cette histoire de ponctualité me fait penser à cette énigme idiote.

    Car franchement, à part disposer des montants/descendants par gare et par train (et du retard du train par gare), je ne vois pas comment on peut dire que X% de voyageurs sont arrivés « ponctuellement » à leur destination.

    Le passage de la mesure de la qualité de service du RER de l’indice de « régularité » à un indice de « ponctualité » me semble être un tour de passe-passe génial du genre ni-vu-ni-connu-je-t’embrouille.

    Alors, admettons que je sois une mauvaise langue, et que la SNCF intègre _réellement_ TOUS ces paramètres dans ce calcul de la ponctualité des voyageurs. Il n’en demeure pas moins que le voyageur lambda qui se pointe à une certaine heure sur le quai pour prendre un train déterminé pour arriver à son travail à une heure déterminée, n’a rien à faire de cette mesure de ponctualité car, soit son train circule à l’heure (et le voyageur et heureux d’arriver à l’heure à son travail), soit il est en retard ou supprimé et il sait qu’il devra prendre le train suivant (s’il arrive à monter dedans et sans savoir quand il va vraiment passer) et surtout voyager dans de très mauvaises conditions. Mais ça, les conditions de transport ne font pas partie des indicateurs de la qualité de service de la SNCF (combien de travailleurs arrivent fatigués ou dégoutés le matin au boulot ou le soir à la maison à cause des conditions de transport ?)

    • Seb dit :

      Je ne saurais pas être très précis, mais je vois déjà trois vecteurs potentiels de comptage :
      -Les portiques d’accès à la gare peuvent compter en entrée comme en sortie.
      -Les « rames compteuses » : il s’agit de train équipés de capteurs au niveau des portes pour compter les montées et descentes dans chaque wagon
      -Les comptages annuels / recensement statistique annuel : permettant de connaitre en moyenne le nombre de personne effectuant un trajet donné.

      En ayant en tête ces trois données, il doit être facile de faire le rapprochement avec les retards et suppression constatées afin d’extrapoler le nombre de personnes impactées.

    • Corbinien dit :

      – Il n’y a pas de portique dans les gares au sud de Juvisy (sauf sur les 4 gares de la ligne du Plateau). Il y a quand même du monde qui monte dans les trains à Ris-Orangis, à Corbeil, à Mennecy et à La-Ferté-Alais.

      – Il y a très peu de rames compteuses sur la D (et encore moins de système de comptage dans les petits-gris)

      – Mouai, pour ce qui est des comptages, quand on voit comment ils sont faits dans les gares parisiennes (surtout à Chatelet, notamment quand les trains MIPE/BIPE n’y arrivent pas), on peut vraiment parler de « moyenne ». Essayez de compter le nombre de personnes qui descendent d’un train à Gare de Lyon le matin en provenance de la branche Combs-la-Ville. Et essayer aussi d’imaginer ce que cela peut être pour un train ZUCO à 18h30 quand tout le monde est entassé sur la plateforme et quand les quais sont noirs de monde.

      Que les comptages « à la louche » servent pour obtenir des statistiques pour connaitre la fréquentation des gares, les besoins, l’adaptation de l’offre et des horaires, c’est utile. S’en servir pour calculer une « ponctualité », je suis très dubitatif et j’ai le sentiment d’être dans le subjectif.

      Par contre, un train, il passe à l’heure ou il ne passe pas à l’heure dans une gare (et ça, on sait le mesurer précisément), il roule ou il ne roule pas. Et ça, c’est du concret. Si la SNCF avait voulu communiquer sur la régularité de _tous_ ses trains et dans _toutes_ les gares et à tous les moments de la journée, on aurait eu des indicateurs fiables et indiscutables.

      J’attends toujours des informations sur la ponctualité des voyageurs de la branche Melun-Corbeil-Juvisy.

    • BlueEdel91 dit :

      Je suis assez d’accord avec Corbinien !
      Concernant les compteuses effectivement, les rames en sont rarement équipées sur la ligne D après renseignements pris.
      Sur le compte et décompte, le fait de faire des statistiques pour des voyageurs est une première étape mais il est vrai que c’est un train en général qui compte au final car sans forcément compter le nombre de voyageurs montants/descendants, on sait s’il était à l’heure au départ et à l’heure à l’arrivée.
      Ca c’est une statistique pure et dure.

    • Bonjour,
      Les indications données par Seb sont exactes. Nous avons des comptages qui nous permettent de connaitre le nombre de voyageurs par jour/par train/par gare. Ces chiffres sont issus de diverses méthodes de comptage afin de coller à la réalité.
      L’objectif est d’être le plus proche du vécu de nos clients.
      D’ailleurs, une comparaison de nos données et celles de SADUR (qui sont des relevés de voyageurs sur leurs parcours quotidiens) a été réalisée, et aucun écart majeur n’a été relevé.

      Cobinien, je vais demander la ponctualité du mois de septembre pour votre branche.

    • Corbinien dit :

      Merci !

      Je pourrai enfin comparer mon ressenti de navetteur avec la ponctualité des navettes 🙂

      NB: est-ce que vous saurez dissocier la ponctualité des navettes qui circulent aux heures de pointe des autres trains qui vont/viennent à/de Paris aux heures creuses ?

      NB2 : c’est possible d’avoir la listes des évènements que vous avez donnés au début de votre post mais npar occurences et par trains impactés ? (J’en demande peut-être un peu trop là)

    • Seb dit :

      Corbinien,
      Je ne faisais que répondre à votre phrase « je n’ai toujours pas compris comment elle était _réellement_ calculée ».
      Cela ne veut pas pour autant dire que j’approuve cette méthode. J’ai longtemps été utilisateur du « D-Collector » de Sadur et préfère en effet un chiffre significatif sur le nombre de trains en retard qu’un chiffre correspondant à un « ressenti ».
      En revanche, même si la méthode me convient moins, je comprends son fonctionnement. On parle ici de statistique et d’échantillonnage. Pas de comptage précis personne par personne. Je pense que c’est relativement fiable pour ce type de données et ne suis donc pas en total accord avec votre réponse.
      De plus, il faut bien considérer que c’est l’addition des trois critères dont je parlais (et surement d’autres) qu’il faut prendre en compte, et non chacun individuellement.

      -Oui après Juvisy, pas de portique, mais les comptages « manuel » y sont effectués
      -Oui peu de rames compteuses, mais encore une fois, on parle de statistiques, pas de comptage unitaire.

    • Corbinien dit :

      Bonjour,

      Avez-vous pu obtenir la ponctualité du mois de septembre pour la branche Corbeil-Melun ? Il me semble que cet automne les statistiques ne doivent pas être belles à voir. Depuis la rentrée, ll m’a fallut à cinq reprises aller en voiture à Corbeil ou à Evry village y chercher des trains car c’était impossible à Saint-Fargeau.

  10. Voyageur dit :

    Etant donné que le ressenti sur la ponctualité des trains est mauvais pour beaucoup d’entre-nous, 83,6 % doit donc être un pourcentage qui ne devrait pas nous réjouir.
    Car Ponctualité à 83,6 % = Régularité à 65 %

  11. FrançoisL [SaDur] dit :

    Une question très précise sur l’établissement des statistiques : si un train part de son origine avec 3 minutes de retard et qu’il est par la suite retardé de 3 minutes par un signal d’alarme (oui, on va supposer qu’il est en voiture de tête…), quel est la cause dans laquelle tomberont les passagers en retard de 6 minutes après la gare du signal d’alarme ?

  12. Lambda Quidam dit :

    Dans les causes de non-régularité il y a :
    AFFLUENCE VOYAGEURS 66618

    Ca veut dire quoi ? y’a eu un lâché d’usagers ? une grosse livraison de voyageurs ?

    Cette affluence de voyageurs, qui s’acharnent à monter dans le train, ne serait-elle pas plutot due à la suppression du train précédent ???

    Ce genre d’explication, c’est comme le serpent qui se mord la queue… et puis ça fait disserter sur les mille et une façons de compter.

    Les deux causes majeures sont connues : CONFLIT DE CIRCULATION, PANNE MATERIEL
    Donc c’est à partir de là qu’il y a matière, et certaines causes comme certains malaises, et certains actes d’incivilité : alarmes serons également moindres. Lapalissade ? oui ! alors qu’est qu’on attend ?

    • Corbinien dit :

      C’est pour cela qu’il important de connaître le nombre de causes et le nombre de trains impactés. Et là, on ne parle plus de ponctualité ou de régularité mais de fiabilité, de gestion des incidents et recherche de solutions.

    • BlueEdel91 dit :

      En tout cas une chose est certaine : l’affluence voyageur ne s’améliorera pas sur la ligne D vu le nombre de constructions à droite et à gauche !

    • Voyageur dit :

      Exemple :
      Station Stade de France : doublement de la surface de bureaux d’ici 2014 (SFR + Grand Paris + SNCF nouveaux bureaux) donc sans doute doublement du nombre de voyageurs à l’arrivée en gare.
      Aucune concertation entre ceux qui aménagent le territoire en logements et bureaux, et ceux qui aménagent les transports.
      Le pire est devant nous.

  13. tata91 dit :

    bonjour,
    j’aimerai savoir si, dans les statistiques, il est noté les trains qui sont terminus avant leur dernière station ?
    Je prends le train à Grigny Centre jusqu’à Gare de Lyon.
    Jusque là tout va bien mais je constate que très souvent (surtout par période, ce qui est tout à fait étrange), ce même train qui est normalement à destination de Chatelet les Halles, se trouve d’un seul coup, terminus à Gare de Lyon !!!
    pourriez-vous me préciser dans quelles statistiques ce trouvent ces trains car j’aimerai savoir si ces problèmes sont bien relevés quelque part.
    Merci d’avance

  14. Manuel dit :

    « L’objectif est d’être le plus proche du vécu de nos clients »

    Que ces biens pensants dirigeant et décideurs de la SNCF passent une année à prendre matin et soir, 5 jours par semaine, sur une amplitude de 4 à 6 zones, la ligne de RER D. Qu’ils vivent quotidiennement les petits et gros retards, le poussage et le remplissage jusqu’à saturation en marrée humaine les rames, après une dure journée de travail, les jeux d’équilibristes pendant 30 minutes, un pied sur une marche d’escalier, à la limite de la chute en s’agrippant par ventouse désespérément au plafond du bout des doigts, quand ils ne resteront pas à quai 15 à 20 minutes de plus faute de places, devant pourtant chercher ses gosses à la crèche qui fermera au moment ou il sera encore qu’à mi parcourt , l’augmentation constante des tarifs en proportionnel avec l’augmentation aussi constante de la détérioration de la ligne, en ne touchant que le SMIC. Qu’ils vivent les odeurs de sueur (la leur combinée à celle des autres) dans une chaleur insupportable, collé, serré, entassé tel du bétail, à des inconnu tout aussi blasés de la situation. La ce sera vraiment être le plus proche des usagés … car la véritable proximité, celle qui en devient étouffante ce sont ces usagés qui la connaissent, les un envers les autres. Vous pouvez diffuser vos chiffres, en étant le plus précis, mes statistiques personnelles ont avoisinées les 40% de régularité les derniers mois (et j’entends par régularité, des trains avec moins de 2 minutes de retard). Quand aux conditions de transports au quotidien, ce référer plus haut….

    « Combien de travailleurs arrivent fatigués ou dégoutés le matin au boulot ou le soir à la maison à cause des conditions de transport ? »

    Voila une vraie constatation, qui émane d’usagers désespérés …. De clients devrais-je dire.

    Il y a 12 ans, la SNCF vantait (déjà à tord pour notre ligne) la régularité des trains régionaux avec le slogan sur affiche (avec photo d’un gars bien assis seul dans son siège) « mon train de 7h48 ». Il y a je pense 6 ans, la SNFC disait avec fierté « vous aimez votre voiture, vous allez préférer le train ».
    Aujourd’hui, peut être ai-je été lâche d’abandonner mes ancien et éphémère camarades de rame, face à la bataille, l’épreuve qui est de prendre le RER D … Mais bon, au bout de 14 ans, (vie privée qui elle évolue, et le mental qui a fini par céder), j’ai déménagé à Paris même, près de mon travail … cela me coûte cher en loyer, mais pour ma santé physique et moral, c’était indispensable (plus de RER et de transports en commun). Et le restant de ma vie, je veillerai à éviter coûte que coûte de prendre le train, même le TGV … c’est que les réflexes d’angoisse de rester coincer dans une gare ou un train, pourrait vite ressurgir …

    Sur ce, je tire ma révérence au RER D, souhaite bonne chance et bon courage à ceux qui continuent de subir le RER D, et ne salut point les hauts responsables de cette ligne, et de la SNCF, sans doute enfermés dans leur monde de bureaucrate avide de chiffres et aveugle de réalité.

    Manu95, un ex usagé révolté exaspéré

    • BlueEdel91 dit :

      @Manuel : plein de bonnes choses pour toi dans cette « nouvelle » vie loin de la D !

      Juste, ce qu’a écrit Manuel est le ressenti de beaucoup d’usagers à l’heure actuelle. Manuel a su l’écrire tellement bien et cependant avec beaucoup de calme et de respect, et j’espère bien que ce message sera lu et relu par les bienpensants de la ligne D car vous ne pouvez pas rester aussi aveugles à tout ce qui se passe sur cette ligne tous les jours…

      Et vous ne pouvez pas continuer à faire les 3 singes au vu de ce qui se passera demain, après demain, dans un mois, un an, etc…

    • Bonjour Manuel,
      Votre témoignage reflète le vécu de nombreux de nos voyageurs (et agents SNCF qui empruntent également notre ligne, comme moi). Les dirigeants que vous citez ont bien conscience de cela. Mais il faut aussi avoir conscience des contraintes d’exploitation de cette ligne. Cela n’excuse pas tout, c’est une certitude. Nous souhaiterions aussi proposer à nos clients de meilleures conditions de transport, des trains neufs, propres, et bien entendu à l’heure, et ce chaque jour de l’année. Malheureusement, la situation actuelle est loin de cette vision idyllique. De nombreux facteurs à cela, comme nous l’avons souvent évoqué sur ce blog, mais aussi quelques solutions (travaux, infrastructure, matériels rénovés (à défaut d’avoir du matériel neuf, dès demain, qui est long à fabriquer et extrêmement coûteux), nouveaux systèmes d’information, ….). Cela ne va changer du jour au lendemain, mais chaque jour, les agents de la ligne tentent de faire le nécessaire pour que cela fonctionne, en faisant face, chaque jour, à certaines contraintes (pannes, problème avec les infrastructures, travaux sur les voies, actes de malveillance, fréquentation qui augmente et temps d’arrêt plus long en gare, …).

      Peut-être qu’un jour vous reprendrez le train (quelque soit le réseau) avec de meilleurs sentiments. En tous cas, c’est ce que je souhaite, ce sera un signe évident de l’amélioration de notre service. Et ça c’est plus important que les chiffres, nous sommes d’accord.

Les commentaires sont fermés.