MaligneD.transilien.com est un blog de SNCF
Contribuer

Un nouveau pas dans la lutte contre la fraude

1
Publié le 19/04/2017

Le STIF (Syndicat des Transport en Île-de-France) et Transilien ont décidé de moderniser les équipements de validations. Ils étudient la mise en place d'un dispositif de contrôle automatique...

La lutte contre la fraude représente un manque à gagner énorme : chaque année c’est 63 millions d’euros de perdu. Pour vous donner un ordre d’idée c’est l’équivalent de 6 rames de trains neuves !

Pour faire baisser le taux de fraude, l’une des options (réalisée avec l’aide de l’entreprise CONDUENT) est de progressivement remplacer les 1800 tourniquets, permettant la validation des titre de transport sur nos lignes. Cette initiative est entièrement financée par le STIF (Autorité Organisatrice des Transports en Ile-de-France).

De nouveaux portiques destinés à la lutte contre la fraude

Le STIF et SNCF ont un but commun et très clair : lutter contre la fraude. Il y a eu des campagnes d’affichage pour rappeler les risques encourus en cas de fraude. Grâce à ce nouveau système de portique, l’objectif de réduire par deux le nombre de clients Transilien qui ne passent pas par un portique de contrôle lors de leurs déplacements.

Pour rappel, c’est un engagement pris vis à vis du STIF lors de la signature du dernier contrat. La mise en place de ce système de contrôle s’inscrit dans la démarche commune STIF/SNCF de préserver les recettes en luttant contre la fraude.

Des études sont actuellement en cours dans différentes configurations, par exemple en heures de pointe du matin et du soir, lors de situations perturbées, etc. dans le but d’aboutir à un équipement innovant, fiable et capacitaire.

À la pointe de la technologie et l’arrivée de Smart Navigo

Il permet également de préparer les futurs services innovants dans le domaine de la billettique. Comme le programme Smart Navigo qui vise à simplifier le quotidien de tout les voyageurs qu’ils soient réguliers ou occasionnels.

Au-delà de cette avancée technologique proposée, qui arrivera d’ici 2021, je vous propose de découvrir les nouveautés et améliorations apportées par ces nouveaux portiques :

  • Un fonctionnement sur le modèle des « portes pivotantes » qui s’ouvrent devant le client, pour un passage facilité et plus « naturel » donc plus fluide.
  • Un nouveau système de détection pour proposer un débit de passage plus important que le modèle actuellement en fonctionnement. Il distingue le type de voyageurs. (adulte, un enfant, un bagage, etc.).
  • Les cas de fraude seront comptabilisés, pourront être suivis en temps réel et faire l’objet d’une alerte lumineuse (et/ou sonore).
  • L’accessibilité pour les personnes à mobilité réduite est prise en compte grâce à des passages élargis.

En avant-première

Aujourd’hui même, ces nouveaux équipements de validation ont été présentés à un panel de clients et d’agents.

 

Comme je vous le disais en début d’article, ces nouveaux équipements sont une brique de plus dans ce qui est construit pour lutter efficacement contre la fraude. Cela n’enlevant en rien l’utilité d’action sur le terrain… J’espère que cette nouveauté portera vite ses fruits et que vous verrez la différence dans les gares équipées (dont je n’ai pas encore le détail).

Un commentaire pour “Un nouveau pas dans la lutte contre la fraude”

  1. SebastienPasser au statut dit :

    Je veux pas être méchant, car tout cela part d’une bonne intention, mais
    « chaque année c’est 63 millions d’euros de perdu ».
    Vous pensez comme les majors de la musique 1 téléchargement = 1 vente perdue.
    Une fraude ne va pas forcement engendrée un achat de billet ou autre. Et malgré ces 63 Millions d’€ de perdu vous ne déduisez pas derrière le coup de la chasse à cette fraude.
    Car ces portiques, leur maintenance, les contrôleurs etc etc doivent revenir quand même à une sacrée somme aussi.

    Ensuite des questions un peu plus technique.
    Comment vous êtes prévenus d’un dysfonctionnement d’un portique en garde ? C’est les agents sur place qui vous le remontent, ou c’est un système direct et centralisé. De plus pour les « réparer » il faut forcement une intervention humaine localisée ou il y a moyen de le faire à distance ?
    Toujours dans ce genre de questions. Si dans une gare tous les portiques sont HS qu’on passe sans valider, à une époque lors de contrôles on pouvait l’indiquer au contrôleur et souvent cela passait. Quand est il actuellement ? Ont ils l’information en temps réel ou cela se fait’il toujours sur une sorte de relation de confiance.

Laisser un commentaire