MaligneD.transilien.com est un blog de SNCF
BLOG EN PAUSE : la publication des commentaires et des billets reprendra le lundi 18 novembre / Une question pendant cette pause ? RDV sur Twitter @RERD_SNCF
S'informer

Point sur la situation des trains du RER D

14
Publié le 31/10/2019

Revenons sur la situation du matériel de la ligne de ces derniers jours...

Les trains du RER D, ou le matériel devrais-je dire, sont au cœur de vos préoccupations, c’est même l’un des sujets les plus discutés ici ou sur notre fil Twitter notamment ces dernières semaines. Je m’étais engagée à vous faire un retour sur le sujet dans le billet revenant sur les incidents du 22 octobre… Le voici !

 

QUE SE PASSE-T-IL AVEC LES TRAINS DU RER D ?

C’est un fait, ces dernières semaines et particulièrement ces derniers jours le matériel du RER D a souffert. Les conséquences pour vous ont été des suppressions ce qui a dégradé vos conditions de transports. Nos équipes, particulièrement des technicentres (centres de maintenance des trains) sont à pied d’oeuvre pour améliorer la situation.

 

BEAUCOUP DE CHOCS CES DERNIÈRES SEMAINES

Après un mois de septembre plutôt calme au niveau des suppressions, la situation s’est dégradée. Il faut savoir que, depuis début septembre, ce ne sont pas moins de 18 rames Z2N et 17 rames Regio2N (les Regio2N étant désormais déployés sur les branches de l’Etoile de Corbeil du RER D) qui ont subi divers chocs ces dernières semaines : heurt de sanglier ou autre gibiers, accidents de personne, arbre sur la voie…

Il faut avoir en tête que, en cas de choc, pour des raisons de sécurité, ce sont toutes les rames composant le train qui doivent être vérifiées, rame de tête comme rame(s) de queue. Pour traiter un choc, il faut compter entre 3 et 15 jours de retrait de la rame du service commercial, le temps d’acheminer la rame en technicentre, de la vérifier et, le cas échéant, de la réparer. Par ailleurs, l’accumulation des chocs a pour conséquence une accumulation de rames immobilisées dans nos technicentres, en particulier celui de Villeneuve-Saint-Georges, ce qui créé de la saturation et nuit à la maintenance courante, tant préventive que corrective (petites pannes).

Par ailleurs, les rames peuvent rencontrer des problèmes en opérationnel c’est à dire qu’elles rencontrent des pannes au moment de la préparation. Nos conducteurs suivent leur guide de dépannage et soit le problème est réglé soit le train doit être acheminé en centre de maintenance.

Mais les retards liés aux pannes matériel ne sont pas plus importants ces dernières semaines que les mois précédents (1,7% de non ponctualité). Et si on compare avec l’année passée ils sont en baisse (2,1% en 2018).

 

D’AUTRES FACTEURS ENTRENT EN LIGNE DE COMPTE

Au-delà des chiffres énoncés précédemment, plusieurs autres sujets viennent compliquer la situation :

  1. Les travaux en ligne réduisent les capacités de circulation : il y a eu moins de trains voyageurs mais aussi une réduction des circulations des trains techniques (dits W pour vide voyageurs) qui permettent d’acheminer les trains en centre de maintenance. Les travaux importants des 4 week-ends d’octobre dus à la mise en accessibilité de la gare de Saint-Denis et de plusieurs gares de l’axe Melun n’ont pas permis de faire circuler toutes les rames qui devaient aller au centre de maintenance de Joncherolles (basé à Saint-Denis). D’autre part, les ruptures d’interconnexion, en lien avec les travaux, empêchent de faire montrer/descendre les trains vers les centres de maintenance ce qui rajoute du délais.
  2. Le site de Joncherolles a été lui-même en travaux pendant plusieurs jours. Il y a eu moins de voies disponibles pour effectuer les opérations de maintenance.
  3. Les différents mouvements sociaux celui du 24 septembre ou l’épisode des 18 et 19 octobre ont fait que les mouvements de rames pour rentrer ou sortir des centres de maintenance n’ont pas été faits.

Concrètement ces trois facteurs ont fait qu’il y a eu des rames devant passer en rendez-vous de maintenance prévus mais aussi celles avec des pannes à réparer qui n’ont pas pu être traitées. Les rames de réserve ont toutes été engagées et malgré cela la situation est restée compliquée.

D’un autre côté la situation sur la ligne R a nécessité de réinjecter des anciennes rames pour pallier l’immobilisation très longue de rames endommagées par des incidents exceptionnels, notamment le heurt de véhicule à Montgeron.

 

COMMENT SONT DÉCIDÉES LES ADAPTATIONS ?

Lorsque nous sommes en tension matériel, le plan de transport est adapté en fonction de plusieurs choses : le positionnement du matériel, la mission à effectuer, l’impact en termes de desserte.

En opérationnel, jour après jour, c’est au COT que cela se joue. Le gestionnaire de moyen et le gestionnaire du plan de transport jonglent avec les ressources disponibles. Peut-on acheminer une rame vide pour assurer tel départ de train ? Le trou de desserte va-t-il être important ? C’est en répondant à ces questions que les arbitrages sont faits. Cela explique que nous mettons des rames sur la ligne R. En effet, lorsque l’on supprime un train sur cette ligne il y a vite un trou desserte important.

L’un des points soulevés notamment dans ce commentaire c’est la suppression des trains dits dérogataires (DICA/PICA/ZICO). Ces trains sont prisés et souvent très remplis, nous en avons parfaitement conscience. Nous essayons de les préserver en équilibrant avec d’autres branches mais lorsque la tension est trop forte, nous nous retrouvons contraints de les supprimer. Le point d’orgue a été la soirée du 22 où les 7 missions ZICO ont été retirées entraînant un report sur les ZACO déjà bien remplis et créant de l’inconfort pour vous.

 

 

Sachez que les équipes sont pleinement mobilisées pour assurer la maintenance, le redéploiement des trains ainsi que le jonglage entre les matériels disponibles afin d’assurer le plus de trains possibles. Nous avons pleinement conscience des conditions dégradées ces dernières semaines et en sommes désolés. 

à lire aussi

Petit « point » sur l’entretien des trains

14 commentaires pour “Point sur la situation des trains du RER D”

  1. Eagle FourPasser au statut dit :

    Bonjour Lucie
    Comment pouvez-vous dire que les trains Regio2N sont déployés sur l’Etoile de Corbeil, alors que personne n’en a vu un, sur la branche Vallée entre Corbeil et Juvisy via Ris ? Ces trains étaient pourtant prévus à compter de septembre 2019.
    Merci de vos éclaircissements. Car au moins une branche (ou 2) n’en a pas vu entre Juvisy et probablement Malesherbes qui est le prolongement.

    • LuciePasser au statut dit :

      Bonjour Eagle Four, je compte faire un retour rapide sur les phases de déploiement. Il y a quelques trains qui commencent à arriver sur les branches Vallée et Malesherbes. Cependant, vous l’aurez compris avec les divers chocs les rames y compris Regio2N, n’aident pas à un déploiement rapide. Mais je vous promets de faire rapidement un « petit » billet sur ce déploiement ainsi que sur les rames rénovées.

  2. vua86Passer au statut dit :

    Bonjour
    Juste un complément sur la suppression des trains « dérogataires » très-très fréquente, surtout les ZICO du soir en « heure de pointe », il faut bien savoir que, dans ce cas, le report s’effectue sur les ZACO, pour lesquels il y a souvent également des « suppressions » (cf le problème des trains immobilisés en maintenance), et ceci fait que l’on se retrouve en 30 minutes avec à minima 4 à 5 Trains en direction de Corbeil et 1 seul en direction de Melun via Combs, voir même des fois des ZICO supprimés (ou au mieux retardés) à cause du retard des trains pour Corbeil..
    N’avez-vous quand même pas la possibilité de « remplacer » un train pour Corbeil par un train vers Melun dans ce genre de situation afin de rétablir un juste report des usagers et éviter ainsi de possibles malaise voyageurs ?

    • LuciePasser au statut dit :

      Bonjour vua86, j’ai alerté plusieurs fois sur les déséquilibres car ce sujet n’est pas nouveau. En revanche il est exacerbé par la crise matériel que nous traversons.

      Après, les décisions sont liées à la régulation et aux trajets de(s) la rame(s). Par ailleurs le conducteur est affecté à un roulement et le changement ne se fait pas non plus au pied levé par rapport aux relèves et au positionnement du conducteur. En résumé, ça n’est pas si simple sinon les équilibres seraient systématiques.

      Mais j’ai bien en tête ce sujet et mes collègues CM du COT également, nous tâchons d’alerter au fur et à mesure…

  3. rerd-enferPasser au statut dit :

    Le véritable problème, c’est que la SNCF n’a pas assez de trains pour pouvoir pallier ce genre de problème en raison d’un sous-investissement de sa part.
    Combien de trains au total circulent actuellement et combien circuleront après l’arrivée des nouveaux trains ?

    • LuciePasser au statut dit :

      Bonjour rerd-enfer, que voulez-vous dire par sous-investissement ? L’achat des trains est financés par l’autorité organisatrice, dans notre cas Île-de-France Mobilités. Pour les rames, il y a un parc total mais dans ce parc il y a les rames qui roulent les rames pour les roulements maintenance et la réserve. La situation se tend lorsque la réserve est totalement engagée et qu’il y a des incidents successifs ce qui est le cas actuellement.

  4. Didier VassePasser au statut dit :

    Regio2N testé aujourd’hui et …
    Test non probant.
    Je m’explique :
    1/ J’avais entendu des usagers de la ligne R que ce train faisait cage de faraday et détériorait fortement le signal à son bord. C’est confirmé. impossible d’accéder à l’application SNCF de tout le trajet car non pas d’accès internet à son bord.
    2/ On nous disait que nous aurions plus d’information à bord de ce train. Hormis la litanie des prochaines stations égrenées, AUCUNE information pertinente. RIEN sur les correspondance (ni le quai, ni l’horaire). RIEN sur les perturbation en cours. En bref, RIEN de neuf.
    3/ Sur la disposition du matériel. Et là, c’est la cata ! C’est quoi ces mini modules qui contiennent deux portes puis plus rien pendant une voiture entière ? Le déplacement (entrées et sorties sont extrêmement compliqués avec cette configuration. Pire qu’avec les Z2N.

    Le test a été effectué ce matin, après suppression d’un JOVA, dans un train qui, malgré toute la communication de la SNCF et de bonnes choses (clim, prises électriques…) et juste un enfer en composition courte et complètement mal foutu. Peut être très bien pour des TER mais pas du tout adapté à un train de banlieue blindé de monde.

    • Eagle FourPasser au statut dit :

      Merci pour ces infos intéressantes. C’était entre quelles gares et à quel horaire? Merci du retour.

    • MyrrimaPasser au statut dit :

      Totalement d’accord avec Didier Vasse.
      J’ai emprunté pour la première fois un Regio2N hier soir vers 17h à Juvisy en direction de Malesherbes. Ce n’était donc pas encore vraiment la pointe du soir, et le train précédent n’avait pas été supprimé. Et pourtant, je me suis retrouvée dans une rame bondée (alors qu’il arrive vide à Juvisy), les quelques places assises étant prises d’assaut et nous sommes nombreux à avoir fait tout le trajet debout… Je ne sais pas comment la SNCF a fait ses comptages de voyageurs et ses calculs pour pouvoir nous garantir suffisamment de places assises dans ces nouvelles rames, malgré les nombreuses inquiétudes déjà exprimées sur ce blog.
      Je n’ose imaginer en cas de perturbations…
      Mais j’imagine que ça ne pose aucun problème aux concepteurs de ces fabuleuses rames de nous entasser tous debout comme du bétail.
      Et quand à l’énumération de TOUTES les gares à venir répétée en boucle à chaque station, au milieu des bips incessants émis par les portes c’est juste INSUPPORTABLE !

    • Didier VassePasser au statut dit :

      C’était hier matin, depuis la Ferté-Alais vers Corbeil et, normalement, à 7h41 excepté que notre navette a eue plus de 15 minutes de retard malgré la suppression de la précédente.

      Même constat ce matin, sur le même trajet.
      Impossible de capter le signal.
      La circulation était un peu plus aisée dans la voiture mais la montée et la descente reste toujours compliqué (porte pas très large, emcombrement de la plateforme…).
      Ce train est vraiment mal conçu, mais je le répètre, pour un train de banlieue.

    • MyrrimaPasser au statut dit :

      2e voyage aujourd’hui, même horaire, même trajet, et même constat navrant.
      Aucun réseau durant tout le trajet. Pas la peine de mettre des prises à disposition si on ne peut pas utiliser les téléphones! Une amie a essayé en vain de joindre son fils, impossible de passer même un appel ou envoyer un sms… impossible aussi d’accèder à l’application SNCF pour anticiper les correspondances et les éventuels suppressions ou retards…
      La circulation dans la rame n’est vraiment pas aisée, peu de portes disponibles, escaliers et plateformes très étroits, résultat tout le monde se pousse, se bouscule et s’insulte en essayant de sortir…
      Vous vantez un meilleur confort?
      Sérieusement?

    • DinoRiderPasser au statut dit :

      Voilà … tout est dit (cf. mes messages précédents sur mon expérience avec ce type de train sur la région Lilloise …)

  5. Merci Lucie pour ce billet.

    Deux remarques :

    – le jour où tous les zico ont été supprimées, on nous répondait sur le fil twitter @RERD_SNCF que ces trains étaient supprimés pour « pannes matérielles » alors que vous écrivez que c’est une décision du COT de ne pas les faire circuler (décision d’arbitrage). Qui croire twitter ou votre billet?

    – Vous indiquez que les DICA/ZICO sont « prisés ». Il serait peut-être temps de vous rendre qu’ils ne sont pas plus prisés que les FACA/ZACO. Ils représentent 50% de l’offre sur l’axe Combs La Ville en pointe. quand une mission de ce type est supprimée, cela signifie que nous devons remplir deux trains en un seul !

    Et quelques questions :

    – Quel est le planning sur la ligne R de bon fonctionnement des nouvelles rames REGIO2N pour éviter que le COT supprime nos trains au profit de la ligne R ?

    -Vous dites que le taux de panne est en baisse, mais alors pourquoi subissons nous depuis l’été une si importante réduction d’offre sur la branche Combs ? les trains supprimés pour être utilisés sur la ligne R sont placés dans quelle catégorie de retard ?

    -vous écrivez « ces dernière semaines », mais la situation perdure depuis juin, on devrait plutôt employer le terme « mois » que « semaine »… , vous écrivez « Nos équipes sont à pied d’oeuvre pour améliorer la situation » mais alors pourquoi ne constatons-nous aucune amélioration ? quelle est votre organisation pour être à pied d’oeuvre mais ne rien améliorer ?

    Enfin avez-vous des nouvelles de Grégoire Forgeot d’Arc ? Est-il toujours en poste ? invisible et muet de puis juin, compte-t-il un jour nous rendre des comptes ?

    • LuciePasser au statut dit :

      Bonjour DetestableRERD, il a été long à faire car j’ai voulu être la plus complète possible. Je vous remercie, et c’est sans ironie, pour votre patience car je sais que vous l’attendiez.

      Je vais maintenant tâcher d’apporter des réponses à vos différentes questions.

      – sur l’aspect ZICO, je ne comprends pas votre remarque. C’est bien à cause de panne sur les trains ou d’immobilisation que ces trains sont supprimés. Le COT n’ayant pu trouver de rames disponibles, le train est supprimé. Il y a une différence entre la décision et la cause. Si on est amené à supprimer des trains c’est bien à cause des pannes sur le matériel. Sur les ZICO tous supprimés, n’hésitez surtout pas à m’alerter ici ou à le dire sur le compte @RERD_SNCF. Car comme dit dans l’article, je remonte les déséquilibres.

      – sur la ligne R, il n’y a pas de planning puisqu’il ne s’agit pas uniquement de bug de déverminage mais de rames qui ont subis des chocs. Le traitement reste le même que pour les Z2N à savoir d’être acheminé sur le centre de maintenance afin de faire une visite, ce qui prend 3 à 15 jours. Vous pouvez, si ce n’est pas encore fait, prendre connaissance du billet sur les trains de la ligne R.

      – pour les trains supprimés pour cause de bascule sur la R, je vais poser la question car je ne sais pas comment cela est compté exactement. Je ne veux pas vous dire de bêtises. Ce qui est certains c’est que les suppressions sont prises en compte dans le calcul de la ponctualité.

      – que ce soit sur la D ou la R, dans le centre de maintenance du Nord (D et H/K) et Sud (D+R) les équipes font en sorte d’absorber la charge importante de maintenance. Il y a les rames qui rencontrent des problèmes comme les chocs évoqués mais il y a aussi les RDV prévus et obligatoires. Nous faisons notre maximum pour permettre aux rames de sortir et rentrer avec les sillons de circulation disponibles. Les sites sont au maximum, en terme de capacités d’accueil et de mobilisation des équipes. Par ailleurs, nous menons des campagnes de recrutement car nous avons besoin de mainteneurs.

      J’ai bien conscience de ne pas forcément avoir répondu à toutes vos interrogations et remarques. Il faut que je creuse le point sur les trains supprimés.

Laisser un commentaire

BLOG EN PAUSE : la publication des commentaires et des billets reprendra le lundi 18 novembre / Une question pendant cette pause ? RDV sur Twitter @RERD_SNCF