MaligneD.transilien.com est un blog de SNCF
Contribuer

Retour de Grégoire Forgeot d’Arc sur la première année de la refonte d’offre « SA 2019 »

15
Publié le 2/12/2019

Il y a environ un an, le RER D se voyait transformé afin de palier une baisse continue de la ponctualité. Si la refonte n’est pas totalement satisfaisante, elle a porté quelques fruits. Retour sur cette année avec le Directeur de la ligne.

C’est presque la première année révolue depuis la refonte d’offre « SA 2019 ». Grégoire Forgeot d’Arc a rencontré des associations de voyageurs mis en correspondance avec Stéphane Beaudet, vice-président d’Île-de-France Mobilités et Maire d’Evry-Courcouronnes et Alain Krakovitch, directeur de Transilien SNCF afin de faire un point sur les avancées et sur ce qu’il reste à faire. Je laisse la parole au directeur du RER D et vous invite si vous les souhaitez à consulter la présentation réalisée à cette occasion :

En décembre de l’année dernière, le RER D prenait un tournant majeur. La nouvelle offre « SA 2019 » créait deux systèmes distincts pour améliorer la ponctualité et améliorer la  gestion des incidents grâce à une exploitation simplifiée et à un raccourcissement des missions.

Nous sommes actuellement à 86,5% de ponctualité contre environ 83% avant la refonte. Les branches de l’Étoile de Corbeil enregistrent, elles, une ponctualité de 92,2%. Concernant la globalité du RER D, ce ne sont pas encore les 90% annoncés mais nous avons déjà parcouru la moitié du chemin. Pourquoi ne tenons-nous pas encore notre engagement et qu’allons-nous faire pour y arriver ?

Si la ponctualité s’est redressée après la refonte d’offre, la dynamique est contrariée depuis juin et depuis la rentrée. Nous avons conscience que vos conditions de transport ont été difficiles avant l’été et le sont de nouveau depuis la mi-septembre, avec de nombreux incidents et une ponctualité désormais de l’ordre de 85% sur les mois de septembre-octobre.

Nous faisons en effet face à une hausse importante du nombre d’incidents par rapport à 2018. Le nombre d’incidents impactant plus de 60 000 personnes est en forte hausse : 40 incidents en 2019 contre 19 en 2018. Cela s’explique notamment par une forte recrudescence des accidents de personnes, colis suspects, intrusions sur les voies, et malaises voyageurs notamment.

Par ailleurs, sur septembre-octobre, le nombre de rames choquées (heurts d’animaux ou d’objets sur les voies, accidents de personnes) a doublé, avec 35 chocs en septembre-octobre 2019 contre 19 sur la même période en 2018. Certains chocs ont causé des indisponibilités matériel de longues durées et par là-même une forte tension sur notre parc. Cela a amené à une adaptation des circulations avec, certains jours, 15 à 20 trains supprimés sur notre ligne.

Enfin, les retards à la traversée du tunnel du Châtelet, commun aux RER B et D entre les gares de Paris Nord et de Châtelet-Les Halles, sont en forte hausse.

Pour inverser la tendance, nous avons engagé une série d’actions d’amélioration. Nos principales actions liées à l’exploitation sont les suivantes :

  • Améliorer notre capacité de gestion des incidents avec un renfort des effectifs du Centre Opérationnel qui supervise la ligne en opérationnel 7j7 du 1er au dernier train.
  • Mettre en place un régulateur unique des trains entre les gares d’Orry et de Villeneuve (hors zone RATP dans le tunnel) d’ici la fin de l’année. Ce régulateur remplacera, pour les voies du RER D, deux régulateurs existants aujourd’hui, l’un pour les circulations au nord de la ligne, l’autre pour celles au sud. Il sera localisé aux côtés du Centre Opérationnel Ligne D, et pourra ainsi gérer la ligne de façon intégrée et globale en cas d’incident – et cela simplifiera les échanges avec la RATP, qui gère le tunnel.
  • Approfondir les scénarios de situations perturbées que nous appliquons en cas de gros incident, afin d’améliorer, par une gestion plus fine, la gestion des incidents notamment pour limiter les impacts ; nous travaillons également à cette occasion l’information voyageurs lors de ces gros incidents.
  • Poursuivre les opérations de sécurisation des emprises. En 2019 ce sont 1 million d’euros qui auront été investis sur le sud du RER D pour clôturer les emprises.
  • Initier de nouvelles règles d’insertion des trains dans le tunnel du Châtelet pour fluidifier les circulations et limiter les retards liés à la traversée du tunnel.

Ces différentes actions vont de pair avec d’autres visant à améliorer la situation du parc matériel du RER D. La perspective est une amélioration au deuxième trimestre 2020 avec les Regio2N livrés, mis en service et surtout fiabilisés par le constructeur. Les actions concernant le matériel sont les suivantes :

  • Renforcer notre parc matériel, avec 4 rames Z2N supplémentaires mi-2020.
  • Améliorer la disponibilité du matériel en travaillant sur la fréquence des rendez-vous de maintenance.
  • Optimiser l’utilisation detoutes les infrastructures disponibles, notamment avec les 3 nouvelles voies fosses passerelles du centre de maintenance de Villeneuve et le site de maintenance délocalisé de Corbeil.
  • Consolider le suivi des rames dites récidivistes pour prévenir au maximum les pannes.
  • Poursuivre les opérations de recrutement dans nos centres de maintenance, notamment celui de Villeneuve où il reste encore 20 postes à pourvoir pour compléter la cinquantaine de recrutements réalisés depuis le début de l’année (dont une quarantaine sur des créations de postes).

Outre la ponctualité, un autre chantier majeur a toute notre attention : la gestion des correspondances pour améliorer le taux de correspondances réussies (79% en moyenne sur les 3 gares que sont CorbeilViry et Juvisy).

Pour l’amélioration des correspondances, les principales actions sont les suivantes :

  • D’abord, toutes les actions qui amélioreront la ponctualité du système interconnecté feront aussi progesser la qualité des correspondances, les deux étant étroitement liées.
  • Travailler plus finement l’information voyageurs sur les parcours en correspondance, en particulier en gare de Juvisy.
  • Traiter les congestions liées à l’entrée des rames au garage de Corbeil en flanc de pointe du soir, pour améliorer la fluidité des circulations sur les branches de la Vallée et de Malesherbes.
  • Adapter les gestes métiers de nos centres opérationnels pour éviter la suppression de plusieurs trains à la suite sur l’Etoile de Corbeil et améliorer le taux de réussite des correspondances après 18h45 (les correspondances deviennent plus compliquées à partir de cet horaire).
  • Mieux positionner des arrêts « trains courts » à Juvisy pour faciliter le cheminement des voyageurs en correspondance.

 

Vous le savez déjà, il reste encore une marche à franchir pour atteindre l’objectif de ponctualité fixé avec la nouvelle offre SA 2019 et en attendant les investissements qui permettront d’avoir un RER nouvelle génération (que ce soit avec les trains RER NG ou le programme NExTEO). Mes équipes sur le terrain ou en direction sont pleinement mobilisées afin de continuer à améliorer la situation et vos déplacements du quotidien. »

 

15 commentaires pour “Retour de Grégoire Forgeot d’Arc sur la première année de la refonte d’offre « SA 2019 »”

  1. Didier VassePasser au statut dit :

    Juste … incroyable !
    Cette psalmodie d’excuses sans jamais considérer que vous êtes défaillant dans votre organisation et gestion de la ligne D est … pitoyable ! C’est toujours la faute des autres, jamais la vôtre…

    Une présentation digne de communicants sans solution, une absence de vision et de considération sur les souffrances infligées à vos clients. Une réflexion sur l’écart entre le réalisé et la cible qui laisse penser (mais on s’en doutait) que vous étiez loin d’avoir réfléchit à la mise en oeuvre de ce SA et de ses conséquences.

    Alors oui, il y a des incidents, mais grande nouvelle : il y a en a toujours eu et il y en aura toujours !
    1/ Le meilleur moyen de faciliter la vie des usagers en correspondances, c’est de leur remettre des trains directs !
    2/ Le meilleur moyen d’améliorer la ponctualité : traiter ENFIN les problèmes de conflits de circulation en zone dense, entre Villeneuve et Gare du nord, avec les investissements dans l’infrastructure en conséquence.

    Malgré vos annonces, le futur ne s’annonce pas radieux. NEXTEO ne résout pas grand chose, comme la mise en correspondance de Corbeil n’a rien résolu.
    Le déploiement des Regio2N nous emmène à la catastrophe, comme le prouve incidemment vos chiffres de satisfaction (75% sur du matériel neuf, c’est loin d’être exceptionnel) d’autant que les usages et usagers de la R et de la D ne sont pas identiques (trajet direct Melun-Paris quand nous avons des arrêts toutes les 5 minutes)…

    Il y a tant à dire que je n’ai pas envie de perdre autant de temps sur ce blog que dans vos trains.
    J’ai mis 30 minutes de plus ce matin pour rejoindre Paris (JOVA retardé de 7 minutes, LOPE retardé et ralenti) et près de 25 minutes supplémentaires ce soir (RUPO retardé de 15 minutes, BOVO retardé à Viry). C’est assez !!!

    Vous demandez encore du temps ?
    Non !!!
    Cela suffit et doit cesser.
    Maintenant !

  2. D-ABUSEPasser au statut dit :

    Bonjour, oh un retour du président….
    Alors premier point, « ponctualité de septembre-octobre de l’ordre de 85%… » alors chez mois 79,9% et 86,8% ca fait plutot une moyenne de l’ordre de 83%, pas 85% (j’ai pris les chiffre de la sncf)
    Second point, meme en excluant les 2 derniers mois (ont pourra meme exclure les 3 derniers novembre n’a de mon ressenti pas été mieux que octobre), on est juste a 86,7% de ponctualité… En ayant mis une rupture de charge…contre 84,6 pour les meme mois en 2018. Mettre une rupture de charge pour ne gagner que 2 points, il semble bien que le problèmes soit ailleurs.
    3eme point, quand ont impose les correpondance on se doit de mettre tout en oeuvre pour qu’elle soit correctement effectuée, apparement ce point a été (du ressenti voyageur) clairement negligé 79% de correspondance reussi.
    4eme point, ca fait un petit moment que l’on vous remonte le pb des train courts a juvisy…. Le pb aurait déjà pu etre pris en charge. A la place il nous a été indiqué que c’est pour des raisons de niveau entre la plateforme du train et la hauteur du quai….l’argument n’est plus valable depuis que vous avez deployé certains regio2n qui ne sont pas a niveau avec le quai sur la partis basse du quai……mais pourquoi ecouter les usagers ?!
    5eme point, toujours aucune evalution du report ligne D vers Ligne C que ces correspondances on engendré….c’est bien de ce voiler la face, mais meme l’appli conseil sur les train en correspondance de faire D, C, 14 pour aller a gare de lyon, plutot que de faire D,D (particulierement les week end, et sur certain crenaux horaire d’heure de pointe).
    Ne parlons meme pas des suppression de train sur l’axe vallée lorsqu’il y a un pb sur l’axe de melun…..l’étanchéité bien merci

    • Didier VassePasser au statut dit :

      Non seulement il y a eu rupture de charge mais il ne faut pas oublier l’allongement de temps de parcours introduit avec le SA2019 qui s’ajoute à celui subit avec le SA2014.
      Rappelons que sur les branches débranchées, c’est 15 minutes par trajet qui ont été ajoutées en 2 SA, sans amélioration et … sans compensation.

  3. LittleBortherPasser au statut dit :

    Vous parlez régulièrement d’unifier les différents systèmes d’information voyageur pour la rendre plus efficace, mais pourquoi est ce que depuis septembre/octobre plus rien ne fonctionne correctement (sans même parler d’amélioration)?:
    – les afficheurs sur les quais se basent souvent sur des horaires théoriques en indiquant « à l’approche » et « a quai » alors que le train n’est pas du tout là.
    – les écrans « bleu » sncf en gare se basent eux aussi sur les horaires théoriques et n’indique par à 17h01 un train sensé passé à 17h et qui aurait en pratique 10 minutes de retard et qui ne serait pas passé. Pire encore, certain train ne sont tout simplement pas indiqué alors qu’ils passent et s’arrêtent à la gare.
    – l’affichage « gare » de l’application SNCF se met à faire n’importe quoi dès qu’il y a un gros incident sur la ligne, notamment en gare de Lyon quand l’interconnexion est coupée, que les trains partent de GDL. L’application indique souvent que les trains partent de maison alfort et une recherche d’itinéraire en partant de gare de lyon indique qu’il n’y a aucun train train…

    Ce qui est « triste » pour vous, c’est que CityMapper parvient très souvent à informer et guider bien mieux les voyageurs que vos écrans/appli en se basant sur le flux twitter des lignes qui semble être la seule source d’information fiable pour toutes les lignes du transilien… (et je ne parle même pas de l’appli ViaNavigo qui n’est pas capable de calculer correctement un itinéraire même quand le traffic est normal)

    • DjuvPasser au statut dit :

      Bonjour,
      Votre remarque rejoint ma question, déjà posée et restée jusqu’ici sans réponse : quelle est la différence entre un train annoncé « supprimé » sur les afficheurs, et un train qui disparait purement et simplement ?

  4. Marie18Passer au statut dit :

    Bonjour, je lis l’une de vos actions destinées à améliorer la correspondance à Juvisy : « Mieux positionner des arrêts « trains courts » à Juvisy pour faciliter le cheminement des voyageurs en correspondance. » Hors, depuis les travaux, au printemps dernier, sur la hauteur des quais 50 & 51, seules les quelques (peu) nouvelles rames Regio2N sont mises à quai au niveau des escaliers pour les mission JOVA. Les anciennes rames, elles, sont mises à quai bien en amont de telle sorte que le wagon de queue est pris d’assaut par les voyageurs soucieux d’optimiser leur correspondance justement. Cette situation m’amène à poser 2 questions auxquelles j’espère que vous répondrez. Pourquoi les mission BOVO, sur la voie opposée ldu même quai, sont-ils tous mis à quai au niveau des escaliers, peu importe qu’il s’agisse de Regio2N ou ancienne rame ? Pourquoi les JOVA anciennes rames ne sont-elles pas systématiquement mises à quai sur le quai 49,comme c’est d’ailleurs le cas de temps en temps. Dans l’attente de votre retour.

  5. PasDeServicePasser au statut dit :

    Echec total et prévisible il n y avait bien que la SNCF ET L EX STIF pour y croire !!!
    Vous avez aggravé les choses aucune perception de cette soit disant amélioration
    Bilan négatif

  6. DjuvPasser au statut dit :

    « 40 incidents en 2019 contre 19 en 2018. Cela s’explique notamment par une forte recrudescence des accidents de personnes, colis suspects, intrusions sur les voies, et malaises voyageurs notamment. »
    …ça fait deux fois plus.

    « Par ailleurs, sur septembre-octobre, le nombre de rames choquées (heurts d’animaux ou d’objets sur les voies, accidents de personnes) a doublé, avec 35 chocs en septembre-octobre 2019 contre 19 sur la même période en 2018 »
    …ça fait deux fois plus entre les deux années, et pareil comparé à la remarque précédente.

    Il n’y aurait pas un lien de cause à effet que vous évitez de souligner, en vous contentant d’une simple énumération de chiffres ? Approfondissez votre analyse. Je vais vous y aider :
    – le nombre de rames indisponibles correspond au nombre d’incidents -> pour le réduire, il suffit de réduire le nombre d’incidents.
    – Les incidents se produisent en série : et oui, problème sur la ligne = surpopulation = tensions = inattention = bagage oublié = retard = quai bondé = débiles sur les voies = retard = surpopulation = malaise = retards = tensions = accident de personne =… vous pouvez remettre les mots dans le sens que vous voulez, tout est lié.
    -> solution : faites rouler des trains correctement, et les problèmes disparaitront d’eux même…

    Encore une fois, on a l’impression avec ce discours que vous nous faites, que les problèmes proviennent des usagers. Moi je pense qu’une partie de ces « incidents » sont la conséquence d’un service insuffisant.
    Et comme la densité de population en région parisienne continuera d’augmenter, ne vous voilez pas la face, la fréquence de ces « incidents » augmentera aussi.
    Voilà, la litanie d’excuses c’est bien, mais c’est de l’action qu’il faut ! Espérons que celles que vous annoncez seront vraiment mises en place, et un peu efficaces…

  7. Karine91Passer au statut dit :

    Je découvre cet article …. c’est une blague ???? Non seulement notre temps de transport est allongé, mais en plus, on n’a jamais eu autant de train supprimés le soir direction Malesherbes !!!!! Et si par chance on est descendu à Juvisy ou Viry comme cela nous est conseillé, on rate définitivement notre correspondance qui est supprimée mais qui finalement part de Corbeil !
    Une grosse blague qui ne nous fait plus rire du tout !
    Remettez nous les trains pour paris par pitié !!!!!!!

    • DinoRiderPasser au statut dit :

      Et donc oui, pour Malesherbes c’est la loterie …
      Soit on prend le risque de faire le changement à Juvisy mais 1 fois sur 2 le BOVO part de Corbeil
      Soit on prend le risque de faire le changement à Corbeil mais 1 fois sur 2, on rate la correspondance car le train s’arrête à Evry en attendant qu’un quai se libère à Corbeil et comme le BOVO n’attend rien ni personne (même pour quelques secondes – bonjour la « civilité » au passage)
      Et donc dans les 2 cas, c’est entre 20 et 30 min de trajets supplémentaires non prises en compte dans le fameux allongement de trajet de 6 min ni dans la ponctualité vu qu’il s’agit de 2 trains différents

  8. vua86Passer en mode normal dit :

    Bonjour
    Dans le billet sur les incivilités , Vous indiquez : « L’affluence voyageurs (montées/descentes & retenues de porte) a coûté 0,6 points de ponctualité ».
    Avec l’ensemble des nouvelles constructions de logements aussi bien au nord qu’au sud, comment allez vous gérer ce nouvel afflux de voyageurs sur la durée ?
    Etant un « ancien » de la ligne « D » (avant l’ouverture du tunnel), cela fait depuis plus de 20 ans que l’on parle d’investissements et de remplacement de matériel pour améliorer le service – (suppression des « petits gris » p.e., avec le tunnel des trains +rapides et +confortable..), a quel moment vous allez anticiper afin de pouvoir répondre de suite au problème, plutôt que de subir (et de faire subir aux usagers) et de prévoir des améliorations qui ne sont plus pérennes au moment où elles arrivent ?
    De même, lors des JO de 2024, comment allez vous également gérer les afflux ponctuels qui ne peuvent que survenir..?
    Et afin de rétablir un équilibre (les torts sont toujours partagés soyons humains), pouvez-vous aussi faire un billet sur les conséquences pour les usagers de la suppression quotidienne des trains, de l’impact pour les usagers des multiples pannes techniques (aiguillage/poste de contrôle/feux de signalisation), de l’impact pour les usagers de louper très fréquemment une correspondance et d’attendre 15 minutes un nouveau train.
    Je ne dis pas que rien n’est fait, loin de là, mais il est quand même sur que les conditions de voyages se sont détériorées…
    De même, vous indiquez « Renforcer notre parc matériel, avec 4 rames Z2N supplémentaires mi-2020 », mais c’est depuis mi-2019 qu’il aurait fallu avoir ceci..
    Personnellement, je pense que ces investissements ont toujours « un train de retard », et je suis obligé de faire avec, et cela ne véhicule pas une image positive des transports, ce qui est dommageable…
    Bonn voyage

  9. cavedererdPasser au statut dit :

    Je découvre cette litanie auto satisfaction. Tous ces éléments sont des mensonges éhontés et un irrespect total de tous les voyageurs qui subissent le SA 2019. Cest du FdG.
    Prenant le train à ris orangis les trains jova annulés sont monnaie courantes et je ne compte pas les correspondances non assurées à viry ou juvisy.
    Sa 2019 c’est inconfort, temps de trajet allongés et insécurité avec la foule se pressant sur les quais du fait des correspondances. Pas étonnant que le nombre d’accidents augmente. La SNCF en porte une large responsabilité et d’ailleurs ses directeurs aussi.
    Une bonne solution serait de remettre des trains directs paris.

    Cest un état de carence totale qui montre le défaut d’investissement dans les secteurs à haute densité de circulation et dans le matériel. Le matériel régional 2N ne sont que de piètres cache-misère qui accroît l’inconfort par une réduction des places assises.
    Je pense que la démarche poursuivie non avouée est l’abandon de la branche vallée à terme la preuve
    En jours de grève tous les trains sont annulés sur cette branche pour faire circuler des trains sur la branche plateau.

    Enfin pourquoi faire le soir des trains julo terminus juvisy alors qu’il vont au garage à corbeille. Il pourrait assurer le service jusqu’à corbeille en passant par la vallée.
    Ce n’est pas pénaliser ses clients pour le plaisir de le faire ça…!

  10. jferetPasser au statut dit :

    L’engagement de SNCF, c’est 90% de ponctualité depuis le 9 décembre. C’est la raison pour laquelle l’autorité organisatrice a adopté votre proposition au lieu de choisir elle-même comment organiser l’offre.
    C’est la délibération d’IdFM du 13 décembre 2017.

    Aujourd’hui, il faut plutôt parler de trahison. Vous saviez avant 2017 que l’engagement ne serait pas tenu. Toutes les mesures que vous proposez aujourd’hui étaient connues avant 2017, et même encore plus tôt.
    Pourquoi ne pas les avoir mis dans la promesse faite à IdFM et aux clients finaux?

  11. jferetPasser au statut dit :

    Ajoutons, pour la bonne information des lecteurs de ce blog, que, selon les chiffres publiés par SNCF sur https://maponctualite.transilien.com/index.php/rer-d
    sur le trajet Malesherbes – Gare de Lyon, emblématique de ce SA2019 puisque sacrifié au nom de la ponctualité, la ponctualité moyenne, du 9 décembre au 30 novembre, pendant les heures de pointe des jours ouvrables, dans le sens de la pointe, a été de:
    68% sur Malesherbes – Gare de Lyon
    73% sur Gare de Lyon – Malesherbes

    C’est loin des 86% dont vous parlez.
    En octobre 2019, pour toute la ligne, le chiffre est même descendu encore plus bas: 80%
    Novembre n’est pas encore affiché, mais rien ne permet de croire à un sursaut.

    Il manque aussi l’indicateur exigé par la délibération d’IdFM sur la performance des correspondances imposées. Vous ne savez pas afficher combien de temps un client perd sur le quai d’une de ces gares où le changement de train est devenu obligatoire. Vous ne savez donc pas quelle est la durée d’un trajet qui enjambe une de ces correspondances et, surtout, vous ne savez pas avec quelle probabilité un voyageur peut faire son trajet comme prévu.

    Enfin, la part d’offre réalisée, ou le nombre de trains supprimés, un indicateur obligatoire dans le contrat entre IdFM et SNCF, demeure cachée.

    IdFM nous confie aussi qu’ils désespèrent devant la non qualité du prestataire et devant la non performance de l’organisation de SNCF mais n’agit pas, pas encore.
    Après le recours au TA contre la délibération d’IdFM, faudra t-il attaquer SNCF pour le non respect du contrat avec IdFM?

  12. LaetyPasser au statut dit :

    Mais comment, vous et la SNCF, osez-vous traiter avec autant de mépris et de condescendance vos usagers ? Les prendre autant pour des imbéciles ? User de votre monopole pour autant pourrir la vie de milliers de personnes ?
    Que c’est beau de lire votre article, on se croirait dans un comte de fées, tout est merveilleux mais ca n’est pas la réalité, NOTRE réalité quotidienne à nous usagers.
    Utilisatrice de la banche Melun via Combs (et j’ai conscience de faire partie des presque privilégiées de votre réseau déficient), chaque jour qui passe me donne envie de hurler contre votre absence de bon sens.
    Et en plus la SNCF fait grève… Vivement le moment où nous pourrons nous aussi faire grève contre la SNCF.

Laisser un commentaire